Close

Répondre à : Voyages

Accueil Forums Divers Activités hors saison – hors chasse Voyages Répondre à : Voyages

#648224
dougege - Modérateur
dougege – Modérateur
Localisation
Drôme Confluence Rhône/Isère

Inscrit le
2012-01-10 15:12:04

  • Hors ligne
    • Totaux: 1885
    • Maître
    • ★★★★★

Au pays des pharaons,

J’hérite de la réalisation d’un poste qui assurera la liaison Egypte/Jordanie par câbles sous-marin. Ce poste est situé sur le plateau au-dessus de Taba. A  cette époque, en 97,  le Sinaï est un territoire à accès très limité et contrôlé par l’ONU donc la route après le tunnel sous le canal

 

et jusqu’à Taba n’est pas très fréquentée. C’est un monotone désert très marqué par les vestiges de la guerre, puis pour descendre sur Taba, la route plonge dans le lit d’un oued.

Taba est un tout petit bourg frontière avec Israél. Un hôtel Hilton et pas grand-chose d’autre. C’est tristounet et nos premiers jours  consacrés à la recherche d’un impossible logement incite mon épouse à me demander de la ramener à l’aéroport……..

Finalement on obtient des conditions très avantageuses à l’hôtel Hilton qui me propose même quelques logements dans son camp attenant, dédié à son personnel. C’est très correct et j’opte pour un logement, c’est amusant nous sommes surplombé par la frontière et le drapeau israélien. Nous profiterons largement de ces tarifs Hilton pour nos loisirs aussi que ce soit à celui du Caire ou celui de Nuweiba.

Il fait chaud dans le Sinaï, très chaud même, donc j’opte pour un horaire en journée continue en commençant très tôt le matin ce qui nous permet de redescendre en début d’après-midi et d’aller finir ces journées à la plage. A cette époque le bord de mer est interdit d’accès et sous surveillance de la police égyptienne, mais nous avons trouvé un moyen de coopération avec ceux qui surveillent cette crique qui deviendra notre plage privée pour la durée de notre séjour.

J’y essaie la pêche à la ligne sans grand résultat, donc je fais une incursion à Eilat (Israël ) et je m’équipe, combinaison, masque tuba, palmes et fusil harpon avec lequel je ne suis pas performant sur le poisson mais obtient de bon résultat sur les langoustes cachées dans les trous. Finalement c’est la pêche à vue, en flottant à la surface et en repérant les mérous dans leurs trous que l’on aura les meilleurs résultats.

Mon épouse a finalement bien pris ces marques et effectuera de nombreuses sorties en particulier pour l’approvisionnement, soit au Caire, le plus souvent, soit à Eilat, moins couramment car le passage de la frontière est fastidieux. Elle fera aussi quelques visites touristiques, moi personnellement je n’en ai jamais eu le temps.

 

Un jour, en fin d’après-midi je partais au Caire, chercher mon DRH qui venait nous rendre visite. Peu après le passage de l’un des postes de contrôles, j’attaquais la montée, à fond de ce que pouvait donner cette Citroën ZX assemblée en Egypte et cette garce, pour une raison indéterminée me fait un travers alors que la ligne est droite, butte et s’envole sur le talus à gauche. C’est à ce moment-là que je perds connaissance……… Je me « réveille » debout à côté de la voiture, le cigare que j’avais allumé à la barrière du contrôle toujours sur les lèvres, bien loin de la route et aux milieux d’un champ de barbelés jonchés d’obus ! L’épave est dans un triste état, je n’ai pu être éjecté que par la vitre latérale côté conducteur. Peu de monde passe, arrive enfin une voiture, elle s’arrête, le bédouin en descend, y remonte et repart. Plus tard un autre, celui-ci au moins me parle depuis la route, j’essaie de lui faire comprendre qu’il doit prévenir mon épouse à Taba, de fait il le fera, mais en lui disant que j’étais mort !  Il avait aussi prévenu la police du poste de contrôle qui vient me chercher et m’emmène à l’hôpital à El-Arich où les radios ne décèlent rien en dépit du fait que je ne suis plus que plaies et hématomes et que j’ai très mal. Je réussis quand même à téléphoner à ma femme et à la rassurer. Avec un collègue elle viendra le lendemain après avoir récupérer mon DRH au Caire et je rejoins Taba. J’ai affreusement mal, je fais mes tours de chantier avec une chaise comme déambulateur et au bout de 3 semaines mon entreprise m’oblige à rentrer en France pour y passer des examens, Scanner , IRM, Verdict, 5 côtes cassées, et la hanche aussi, le tout est en bonne voie, je reprends donc l’avion et retour à Taba.

J’avais acheté trois ZX, elles ont eu la même fin, sorties de route inexpliquée. Ayant, plus tard au Pérou, cassé une suspension avant sur le Pathfinder, la roue qui se couche et donc peut provoquer une sortie de route plus ou moins létale selon la vitesse, m’a peut-être enfin donner la raison de ces trois accidents.